Méditations d'Evangile

proposé par Nguyễn Thế Cường, paroissien de l' Hautil

3 ème dimanche ordinaire  A

Jésus « marchait au bord du lac de Galilée. » Il cherche à recruter ses premiers collaborateurs. Il va au-devant des gens et les appelle. Il s’adressait à Pierre, André, Jacques et Jean et les invite à Le suivre. « Venez derrière moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes. »

À ce moment précis, les heureux élus sont occupés. Non pas dans l’exceptionnel, mais en pleine banalité de leurs activités journalières, pendant qu’ils s’affairaient à préparer les filets pour la pêche ! Un climat de confiance réciproque s’installe... Par la suite, aucun autre dialogue n’est rapporté par l'Évangile, seulement ce fait surprenant : « Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent. » Ce jour-là, les quatre pêcheurs n’ont pas hésité à tout laisser pour suivre Jésus, une personne quasiment inconnue mais recommandée par Jean Baptiste. Cette réponse généreuse des futurs apôtres va complètement transformer leur vie.

Lire la suite

2ème dimanche ordinaire  A

Nous entrons dans le ‘Temps Ordinaire’ de l’année liturgique ‘A’. Ce ‘Temps Ordinaire’ nous évoque notre ‘vie ordinaire’ de tous les jours, avec tout ce qu’elle comporte : les joies et les peines, le travail et les soucis, les moments de bonheur et d’adversité. Une vie souvent simple et sans faste ! C’est notre quotidien !

La vie ordinaire d’une personne travaillant pour subvenir aux besoins de sa famille, d’une mère veillant sur le bien-être de son foyer, d’un jeune scrutant son avenir, d’un malade souffrant sur son lit d’hôpital, d’une personne âgée cherchant du réconfort… La vie ordinaire de nous tous ! Nous essayons de la vivre en bonne intelligence avec tous ceux qui nous entourent… Mais parfois, le rythme de ce train-train quotidien nous semble lent et routinier. Tellement banal que nous trouvons l’effort quotidien désagréable.

Nous rêvons d’exploits et de prouesses au point de ne plus savoir apprécier les petits bonheurs simples parsemés dans notre vie. Nous ambitionnons à quelque chose de plus excitant que cette vie considérée comme trop ordinaire. Et des fois, nous nous mettons dans la tête l’idée que 'si je vais à l’autre bout du monde, je trouverai mon bonheur'. Pourtant, une vie simple et épanouie peut nous remplir de joie et nous mène vers le chemin de la sainteté. Cette voie là passe souvent par de petites choses sans nom.

Lire La suite

Baptême de notre Seigneur

L’événement du baptême de Jésus nous donne l’occasion de réexaminer notre démarche de foi au sein de la communauté des chrétiens. Pour la majorité d’entre nous, notre baptême a été décidé par nos parents. À présent, il est temps de témoigner notre engagement personnel sur la voie tracée par le Christ.

Où en suis-je actuellement ? Un chrétien de nom ? Un chrétien passif qui se laisse guider sans jamais prendre l’initiative ? Ou un chrétien engagé, guidé par la foi, qui donne son temps à Dieu et au service des autres ?

Le chrétien est appelé à vivre activement sa foi éclairée par la lumière de l’Évangile. Pour saint Jacques, la relation entre Foi et Action est primordiale : « Mes frères, si quelqu’un prétend avoir la foi, sans la mettre en œuvre, à quoi cela sert-il ? […] La foi, si elle n’est pas mise en œuvre, est bel et bien morte. » (Jc 2:14,17) Croire et agir doivent aller de pair ! Dans sa lettre aux Corinthiens, saint Paul insiste : « J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. » (1 Cor 12:2) Le disciple du Christ doit savoir ouvrir largement son cœur et ses bras aux prochains. C’est le témoignage concret de notre appartenance à son Corps sacré. « À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » (Jn 13:35)

Lire La suite

Epiphanie de notre Seigneur

« Debout, Jérusalem, resplendis ! Elle est venue, ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi. […] Lève les yeux alentour, et regarde : tous, ils se rassemblent, ils viennent vers toi... » se réjouit le prophète Isaïe. (Is 60 :1-3)

Épiphanie, Dieu s’est révélé à l’humanité ! À tous sans exception, mais seuls ceux qui le cherchent vraiment le trouvent. Saint Paul insiste bien sur cette universalité du mystère de l’Incarnation : « Ce mystère, c’est que les païens sont associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile. »

Lire la suite

La Sainte Famille

Quatrième Dimanche de l'Avent

   Comme beaucoup d'entre vous, j'imagine, j'adore l'ambiance de Noël !  Au delà de toute signification re  ligieuse, Noël est le symbole d'un moment de fête partagé en famille.  En quelque sorte, l'apothéose en beauté de l'année.  Noël réchauffe les cœurs, allume des étincelles dans les yeux des enfants, mais aussi dans ceux des adultes qui sont nombreux à garder une part d'enfance en eux, à s'émerveiller devant ‘la magie de Noël’.  Cette période magique où l'air est mystérieusement chargé de quelque chose de subtil et d'indéfinissable.  C'est un temps où les soucis se mettent en pause et où nos âmes d'enfants se réveillent.
       Noël nous remplit de tant de joie et d’allégresse que nous célébrons chaque année cette fête avec plus d’attention que nul autre événement.  C’est un instant de bonheur bienvenu dans la monotonie de notre vie quotidienne.  Plusieurs voient Noël comme une fête de famille et de chaleur humaine.  Les gens partagent de saines joies et de délicates émotions.  Une fête qui réchauffe les cœurs et nous incite aux actes de pure générosité.  Un moment de paix et de fraternité où l’on partage les instants de bonheur.  Pour les chrétiens, dans cette ambiance de fête, une pause devant la Crèche s’impose.  Cette scène qui retrace les premiers moments de Jésus dans notre monde nous invite à méditer sur le sens profond de cette fête.     

On attribue à saint François d’Assise l’invention de la première Crèche vivante.  En 1223, il décide de représenter le mystère de Noël dans une grotte.  Cette tradition est par la suite perpétuée jusqu’à nos jours dans de nombreuses églises et aussi dans beaucoup de foyers chrétiens.  Nous sommes habitués à une représentation de la Crèche qui présente une Mère et son Enfant, Marie et Jésus, et le père adoptif, Joseph.  Souvent, bien d’autres personnages représentant des scènes de la vie quotidienne viennent compléter le décor.
       Prier devant la Crèche, je me ressens comme un personnage de plus dans ce symbole de la Nativité.  Je me vois cherchant discrètement une place dans cette grotte de Bethléem pour me recueillir devant cet Enfant-Dieu.  Avec les personnages de la Crèche, mon regard se pose avec tendresse sur la Sainte Famille.  Une famille heureuse et admirable dans une extrême pauvreté.  Jésus, Marie, Joseph prennent place ainsi au plus intime de mon cœur.
       Le message de Noël résonne alors de toute sa force : ‘Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté.’  Je me plais à imaginer les foyers chrétiens en ce moment, lumineux et joyeux, comme le fut celui de la Sainte Famille.  C’est cette Lumière de la Nativité qui éclaire nos vies et qui, dans nos difficultés et nos misères personnelles, nous pousse à avancer courageusement.  Chaque foyer chrétien devrait être un havre de sérénité où, au-delà des petites contradictions quotidiennes, on trouve une affection vraie et sincère, une profonde tranquillité, fruit d’une foi réelle et vécue.

      Que Jésus, Marie et Joseph puissent trouver dans toute famille chrétienne un accueil généreux au cours de la Sainte Nuit. 

       Joyeux Noël à toutes et à tous !


       Nguyễn Thế Cường

   Ce dimanche est placé sous le signe du doute mais aussi de l’attente d’un heureux événement.  L’Évangile nous retrace la perplexité de Jean Baptiste sur la mission du Christ : « Jean le Baptiste, dans sa prison, avait appris ce que faisait le Christ.  Il lui envoya demander par ses disciples : ‘Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ?’ »

       Pour Jean-Baptiste, les événements ont mal tourné.  Il vient d'être emprisonné.  Il croyait en Jésus et l’avait même annoncé.  Mais en ce moment, Jésus ne fait rien pour le tirer de cette situation difficile.  Il agit différemment de ce à quoi Jean s’attend.  Alors, la question se pose :  ‘Est-il bien ce Messie qu'il a annoncé ?’  Jean est envahi par le doute.  Il ne comprend pas la façon d’agir du Christ.  Il devrait s’attendre à une venue plutôt fracassante du règne de Dieu.  La venue triomphante du Messie pour délivrer le peuple d’Israël !
       En réponse à Jean-Baptiste, Jésus n’évoque que les fruits déjà récoltés, alors qu’il n’en est encore qu’au début de sa mission : « Allez rapporter à Jean ce que vous voyez : les aveugles voie, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés.  La bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. »  C’est la preuve que le Messie est déjà là !  Toutefois, Il ne vient pas pour rétablir l’indépendance du peuple d’Israël par la force, mais pour amorcer une ère nouvelle fondée sur l’Amour de Dieu et du prochain.  Un message inconnu et surprenant pour les juifs à ce moment-là, mais aussi pour Jean Baptiste !

Troisième  Dimanche de l'Avent

Cette question de Jean-Baptiste est souvent la nôtre quand nous nous trouvons accablés par le malheur.  Sa déception est aussi la nôtre, osons-nous l’avouer.  La façon d’agir de Dieu nous déroute si souvent.  Il ne répond pas à nos attentes comme nous aimons l’imaginer.  Ainsi, dans des moments âpres de la vie, certains remettent en question leur foi en Dieu et s’éloignent de Lui comme s’Il est responsable de toutes nos épreuves.  Ne nous laissons pas ronger par le doute lorsque nous sommes décontenancés.  Quand survient un événement douloureux, n’hésitons pas à ouvrir franchement notre cœur à Dieu et Lui demander conseil !
       Dans les difficultés, débattons-nous pour nous en sortir, même si les résultats tardent à venir.  La lettre de saint Jacques nous apporte un lumineux éclairage : « Prenez patience.  Voyez le cultivateur : il attend les fruits précieux de la terre avec patience, jusqu’à ce qu’il ait fait la récolte précoce et la récolte tardive. »  Dieu nous donne les semences, c'est à nous de les faire fructifier par le travail et dans la patience.  Ne restons pas sur la rive à regarder avec envie la marche du monde en nous gardant bien de nous engager.  Prenons la peine de nous lever et agir.  Sachons interroger, analyser les événements et mettons-nous à l’œuvre.
       Le chemin de la foi est hérissé de questions.  Si parfois l’action de Dieu est difficile à comprendre, ne restons pas sur place à broyer du noir.  En avant  !  Marchons avec confiance à la rencontre du Christ.  Préparons-nous à l’accueillir dans la joie.

  Nguyễn Thế Cường

Deuxième  Dimanche de l'Avent

 Le temps de l'Avent nous invite à un cheminement intérieur.  Ce petit parcours spirituel sera pour nous l’occasion de redécouvrir la présence de Dieu en nous pour mieux l’accueillir.  « Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. » nous exhorte Isaïe.  « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche. » nous incite Jean Baptiste.

       Le prophète Isaïe nous parle d’un monde nouveau.  Un monde sans violence et sans haine.  Une terre d'amitié et de fraternité.  « Le loup séjournera avec le mouton, la panthère se couchera avec le chevreau ; le taurillon, le jeune lion et les bêtes grasses seront ensemble, et un petit garçon les conduira. » (Isaïe 11:6)  Un idéal inaccessible ?  C’est l’image d’une transformation profonde du monde, jusque dans ses instincts primaires, par le message d’Amour et de Paix apporté par Jésus.  Et pour que ce rêve puisse se réaliser, saint Jean Baptiste nous invite à changer de comportement et à nous transformer.  « Préparer le chemin du Seigneur. »  Déblayer notre cœur, y enlever les obstacles qui empêchent Dieu d'entrer dans notre vie.  Il ne s’agit pas simplement de voir nos défauts, nos excès, mais de discerner sur quoi porter l’effort pour mieux avancer.  C’est cette attitude qui permet au Seigneur d’agir efficacement en nous et, à travers nous, changer le monde.

     

 En route vers Noël !  C'est le moment de rentrer au plus profond de nous-mêmes pour une révision de vie afin de mieux rebondir.  Saint Jean Baptiste nous invite à des actions concrètes : « Produisez donc un fruit qui exprime votre conversion. »  Or, pour pouvoir porter de bons fruits, l’arbre doit être taillé afin que la sève se concentre sur un nombre restreint de bourgeons, les rendant plus vigoureux et plus productifs.  Ainsi, débarrassons-nous de tout ce qui est superflu dans notre vie pour ne garder que l’essentiel.  « Jean portait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. »  Certes, nous ne pouvons pas mener une existence aussi austère que lui mais ne nous laissons pas aspirés dans un tourbillon de besoins futiles.  Dès à présent, mettons en ordre notre for intérieur, préparons à Jésus la meilleure place dans notre âme.       Jésus est au seuil de notre porte, ouvrons-lui largement notre cœur !  «Voici que je me tiens à la porte, et je frappe.  Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. » (Apocalypse 3:20)

Premier Dimanche de l'avent

Le temps de l’Avent annonce une ‘venue’, un ‘avènement’ qui marque l’histoire de l’humanité. Ces quatre semaines avant Noël préparent le cœur des fidèles à commémorer l’arrivée de Jésus parmi nous. Dès aujourd'hui, nous nous mettons en route vers cette grande fête.

 

Tous les ans, on veut que Noël soit une fête pleine de joie et de lumières. Certains d’entre nous pensent déjà à la décoration de son salon, de son jardin ou même d’un coin discret à soi pour marquer l’événement. On concocte déjà un bon menu pour le repas en famille... En ville, c’est l’effervescence. Les illuminations se mettent en place. Dans les paroisses, on s’active pour préparer une belle veillée et une messe de la Nativité qui sort de l’ordinaire. Le danger dans cette période, c’est d’être complètement accaparés par le clinquant du temps des fêtes au point d’oublier l’aspect religieux qui nous invite à faire plus de place à Dieu dans notre vie.

Cette attitude superficielle nous rappelle celle des gens qui vivaient au temps de Noé. Beaucoup semblent inconscients de ce qui va leur arriver, ou pire ferment les yeux sur les signes annonciateurs. « À cette époque, avant le déluge, on mangeait, on buvait, on se mariait, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche. Les gens ne se sont doutés de rien… » Ils s’enivraient des plaisirs du moment. Et c’est ce qui se passe encore trop souvent aujourd’hui. Pris dans ce remue-ménage festif, nos esprits s’assoupissent ! Il est urgent de se réveiller.

Loin de nous l’idée de condamner les réjouissances sobres que Dieu nous offre. Respirons à plein poumon le bonheur de vivre. Saisissons les joies simples à notre portée. Seulement Jésus nous met en garde de ne pas nous laisser berner par le plaisir au point d’oublier notre vie intérieure. Ainsi, saint Paul nous recommande : « Frères, vous le savez : C'est le moment, l'heure est venue de sortir de votre sommeil, le salut est là, tout proche. »

Le bien-être matériel ne doit pas nous faire oublier que Dieu est là, au cœur de notre vie. Il attend que nous lui ouvrions la porte de l’âme pour venir chez nous et rester avec nous. Ainsi, la venue du Christ ne doit pas être uniquement pour un temps de Noël, mais au quotidien de notre vie ! Le temps de l’Avent nous invite à nous mettre dans l’attitude de celui qui attend la venue d’une personne qui nous est chère. Plus l’attente est fébrile, plus la joie sera intense au moment de retrouvailles. Et pour que le bonheur soit au rendez-vous, il s’agit d’être actif et bien éveillé. Et surtout, ne nous laissons pas surprendre sans y être préparés.

 

L’Évangile de ce dimanche nous insuffle un état d’esprit qui anime le veilleur : Se tenir prêts à toute éventualité. L'Avent est un Temps pour s'éveiller à Dieu. Ce chemin intérieur ne nous arrache pas à la joyeuse préparation de Noël. Toutefois, Jésus nous rappelle la vraie priorité, c’est de nous préparer à la rencontre avec Seigneur.

 

« Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra. »

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.