Partage d'Evangile

 temps de l'avent, année A

proposé par Nguyễn Thế Cường, paroissien de l' Hautil

Premier Dimanche de l'avent

Le temps de l’Avent annonce une ‘venue’, un ‘avènement’ qui marque l’histoire de l’humanité. Ces quatre semaines avant Noël préparent le cœur des fidèles à commémorer l’arrivée de Jésus parmi nous. Dès aujourd'hui, nous nous mettons en route vers cette grande fête.

 

Tous les ans, on veut que Noël soit une fête pleine de joie et de lumières. Certains d’entre nous pensent déjà à la décoration de son salon, de son jardin ou même d’un coin discret à soi pour marquer l’événement. On concocte déjà un bon menu pour le repas en famille... En ville, c’est l’effervescence. Les illuminations se mettent en place. Dans les paroisses, on s’active pour préparer une belle veillée et une messe de la Nativité qui sort de l’ordinaire. Le danger dans cette période, c’est d’être complètement accaparés par le clinquant du temps des fêtes au point d’oublier l’aspect religieux qui nous invite à faire plus de place à Dieu dans notre vie.

Cette attitude superficielle nous rappelle celle des gens qui vivaient au temps de Noé. Beaucoup semblent inconscients de ce qui va leur arriver, ou pire ferment les yeux sur les signes annonciateurs. « À cette époque, avant le déluge, on mangeait, on buvait, on se mariait, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche. Les gens ne se sont doutés de rien… » Ils s’enivraient des plaisirs du moment. Et c’est ce qui se passe encore trop souvent aujourd’hui. Pris dans ce remue-ménage festif, nos esprits s’assoupissent ! Il est urgent de se réveiller.

Loin de nous l’idée de condamner les réjouissances sobres que Dieu nous offre. Respirons à plein poumon le bonheur de vivre. Saisissons les joies simples à notre portée. Seulement Jésus nous met en garde de ne pas nous laisser berner par le plaisir au point d’oublier notre vie intérieure. Ainsi, saint Paul nous recommande : « Frères, vous le savez : C'est le moment, l'heure est venue de sortir de votre sommeil, le salut est là, tout proche. »

Le bien-être matériel ne doit pas nous faire oublier que Dieu est là, au cœur de notre vie. Il attend que nous lui ouvrions la porte de l’âme pour venir chez nous et rester avec nous. Ainsi, la venue du Christ ne doit pas être uniquement pour un temps de Noël, mais au quotidien de notre vie ! Le temps de l’Avent nous invite à nous mettre dans l’attitude de celui qui attend la venue d’une personne qui nous est chère. Plus l’attente est fébrile, plus la joie sera intense au moment de retrouvailles. Et pour que le bonheur soit au rendez-vous, il s’agit d’être actif et bien éveillé. Et surtout, ne nous laissons pas surprendre sans y être préparés.

 

L’Évangile de ce dimanche nous insuffle un état d’esprit qui anime le veilleur : Se tenir prêts à toute éventualité. L'Avent est un Temps pour s'éveiller à Dieu. Ce chemin intérieur ne nous arrache pas à la joyeuse préparation de Noël. Toutefois, Jésus nous rappelle la vraie priorité, c’est de nous préparer à la rencontre avec Seigneur.

 

« Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra. »

Deuxième  Dimanche de l'Avent

 Le temps de l'Avent nous invite à un cheminement intérieur.  Ce petit parcours spirituel sera pour nous l’occasion de redécouvrir la présence de Dieu en nous pour mieux l’accueillir.  « Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. » nous exhorte Isaïe.  « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche. » nous incite Jean Baptiste.

       Le prophète Isaïe nous parle d’un monde nouveau.  Un monde sans violence et sans haine.  Une terre d'amitié et de fraternité.  « Le loup séjournera avec le mouton, la panthère se couchera avec le chevreau ; le taurillon, le jeune lion et les bêtes grasses seront ensemble, et un petit garçon les conduira. » (Isaïe 11:6)  Un idéal inaccessible ?  C’est l’image d’une transformation profonde du monde, jusque dans ses instincts primaires, par le message d’Amour et de Paix apporté par Jésus.  Et pour que ce rêve puisse se réaliser, saint Jean Baptiste nous invite à changer de comportement et à nous transformer.  « Préparer le chemin du Seigneur. »  Déblayer notre cœur, y enlever les obstacles qui empêchent Dieu d'entrer dans notre vie.  Il ne s’agit pas simplement de voir nos défauts, nos excès, mais de discerner sur quoi porter l’effort pour mieux avancer.  C’est cette attitude qui permet au Seigneur d’agir efficacement en nous et, à travers nous, changer le monde.

     

 En route vers Noël !  C'est le moment de rentrer au plus profond de nous-mêmes pour une révision de vie afin de mieux rebondir.  Saint Jean Baptiste nous invite à des actions concrètes : « Produisez donc un fruit qui exprime votre conversion. »  Or, pour pouvoir porter de bons fruits, l’arbre doit être taillé afin que la sève se concentre sur un nombre restreint de bourgeons, les rendant plus vigoureux et plus productifs.  Ainsi, débarrassons-nous de tout ce qui est superflu dans notre vie pour ne garder que l’essentiel.  « Jean portait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. »  Certes, nous ne pouvons pas mener une existence aussi austère que lui mais ne nous laissons pas aspirés dans un tourbillon de besoins futiles.  Dès à présent, mettons en ordre notre for intérieur, préparons à Jésus la meilleure place dans notre âme.       Jésus est au seuil de notre porte, ouvrons-lui largement notre cœur !  «Voici que je me tiens à la porte, et je frappe.  Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. » (Apocalypse 3:20)