Un mot sur l'église Notre-Dame-de-l’Assomption de Vauréal…

 

La paroisse a été érigée en 1253, mais la première église a été incendiée par les Anglais en 1432, sous la guerre de Cent Ans.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle a été remplacée par un nouvel édifice de style gothique flamboyant, dont la construction a probablement débuté à la fin du XVe siècle. Au moment de la dédicace, en 1561, la majeure partie de l'église est sans doute terminée depuis plusieurs années, mais le clocher et la façade sont de style Renaissance et probablement postérieurs.

Les voûtes de la nef et de ses bas-côtés n'ont jamais été réalisées. L'église Notre-Dame est classée monument historique depuis 1926. Elle répond à un plan très simple, et ne présente architecturalement rien de particulièrement remarquable, mais est assez homogène et représentative des reconstructions après la guerre de Cent Ans. Certains éléments du mobilier sont intéressants.

Régulièrement orientée, l'église se compose d'une nef aveugle de quatre travées accompagnée de ses deux bas-côtés ; d'un clocher latéral se dressant au-dessus de la première travée du bas-côté nord ; d'un chœur de trois travées au chevet plat ; et de deux collatéraux. Il n'y a pas de transept. Le mur du chevet est placé de biais, ce que l'abbé Lebeuf avait déjà souligné, et expliqué par le passage de la rue immédiatement devant le chevet.

— La nef et ses bas-côtés sont simplement plafonnés. Le chœur et ses bas-côtés sont voûtés d'ogives. Cette différence s'observe depuis l'extérieur, surtout du côté sud, où les murs hauts du chœur émergent de la toiture. Le bas-côté y est recouvert par un toit en appentis. Du côté nord, un seul rampant recouvre chœur et bas-côté. De même, la nef et le chœur possèdent une toiture unique, et les murs latéraux de la nef disparaissent presque entièrement sous cette toiture. On ne voit qu'un ressaut à l'intersection entre le toit du vaisseau central et celui du collatéral.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

—L'église possède deux accès : le portail occidental, à double vantail, et une petite porte dans la troisième travée du bas-côté nord.Le mur gouttereau nord est ainsi plus long que son homologue au sud, et la dernière travée du bas-côté sud et presque triangulaire, et ne dépasse guère le tiers de la superficie des travées régulières des bas-côtés9. Dans les trois vaisseaux, des boiseries séparent la dernière travée du reste. Elles ne sont pas plus hautes que les soubassements des fenêtres, et n'empêchent donc pas l'éclairage par les trois baies du chevet. La dernière travée du bas-côté nord accueille la sacristie, et la dernière travée du bas-côté sud anciennement le « trésor ». Une galerie relie les deux locaux.